Pourquoi j'ai décidé de me diriger vers une plus petite structure en tant que Coach Produit ?

Par Jérémy le 17/12/2019 dans Hub'Family

Expertise

4 minutes

Changer de structure et de taille d’entreprise, vous en rêvez ? Aujourd’hui, de nombreux salariés effectuent ce choix. Quel parcours, pourquoi ce choix, quels bénéfices ? Jérémy vous raconte pourquoi il est passé d’une grande entreprise à une petite structure d’une quarantaine de personnes.

Quel est ton parcours professionnel ?

J’ai commencé ma carrière dans le digital au sein de l’entreprise dans laquelle j’ai réalisé mon alternance. C’était un accomplissement de terminer mon Master avec un CDI dans une multinationale du CAC 40. Rapidement, j’ai senti les travers d’une stratégie et d’une politique de l’humain qui tendait à placer la performance au centre sans prendre le temps d’innover dans les méthodes de travail.

Par méthode de travail, j’entends ici le fameux cycle en V qui permet de lancer des projets sans fin, qui essoufflent tout le monde et démotivent les collaborateurs (non pas que cette méthode ne puisse avoir ses avantages par ailleurs !).

A la fin de l’année 2016, cette organisation décide de construire une direction de l’innovation pour laquelle je suis retenu. Mon objectif : accompagner mes collègues afin qu’ils appréhendent au mieux l’Agilité.

J’ai mené de nombreux ateliers d’accompagnement sur des projets avec différentes équipes. Cependant, j’ai ressenti la limite de l’organisation qui m’empêchait de passer au niveau supérieur en terme de transformation et c’est pour cela que j’ai décidé de quitter mon entreprise.

Pourquoi vouloir quitter ton entreprise après 6 ans dont presque 3 ans de coaching ?

Bien que l’entreprise était dans une optique de changement, je me retrouvais souvent confronté à des prises de décisions lentes qui m’empêchait de pouvoir expérimenter. Ainsi, après quelques semaines de réflexion, j’ai décidé de passer à l’action et de me lancer dans les recherches pour trouver un poste davantage en adéquation avec mes attentes.

Pourquoi as-tu décidé de t’orienter vers une structure à taille humaine ?

Il est généralement souligné que les grandes entreprises offrent des avantages matériels et financiers plus importants que les starts-up. Cependant je plaçais le facteur humain au centre des mes motivations, ce que je retrouvais davantage dans une start-up.

Après plusieurs entretiens, Hubvisory m’a ouvert les bras ! J’ai donc choisi de les rejoindre car ils m’ont bien convaincus !

Quels ont été tes critères de choix en tant que Coach ?

Quatre aspects ont été décisifs dans mon choix :

  • L’humain :

Être dans une petite structure ne fait pas tout. La volonté des fondateurs et la personnalité des Hubvisors permettent de créer ce sentiment d’appartenir à une famille, toujours là pour s’aider et grandir ensemble. Nous venons tous d’environnements différents, avec des expériences variées qui nous permettent d’apprendre beaucoup les uns des autres.

Développer un sentiment d’appartenance à mon entreprise était essentiel à mes yeux, ce qui n’est pas toujours facile dans les cabinets de conseil. C’est ce qui m’a plu chez Hubvisory. La vie interne riche facilite l’intégration et permet de nouer un véritable lien avec ses collègues.

  • La qualité des missions :

C’est évidemment un critère important mais certains cabinets de conseil peuvent ne pas tenir compte de cet aspect. Chez Hubvisory c’est tout l’inverse.

Avant de débuter une mission, le business developper et un des fondateurs échangent longuement avec le client. Cela permet de bien déterminer le besoin qui peut être différent de la fiche de mission. Cela permet ainsi de trouver l’Hubvisor avec le bon profil pour la mission. Par exemple, une mission de Product Owner peut se transformer en mission de coaching si finalement il s’avère que le client met en avant la difficulté qu’il rencontre pour transformer ses équipes.

  • La montée en compétence :

Il est essentiel de pouvoir monter en compétence chaque jour. Je ressens cela comme une récompense pour mon investissement chez le client mais aussi en interne du cabinet.

Quelque soit notre expérience, il me semble important de savoir se remettre en question pour progresser et offrir davantage de plus-value à ses clients.

C’est l’avantage d’être consultant, puisqu’il est plus simple de jongler entre les missions. Chacune d’entre-elles offrent des challenges qui permettent d’apprendre toujours plus.

  • La posture d’externe :

S’il y a bien un point important à retenir lorsqu’on est Coach, c’est qu’il faut se détacher de l’aspect politique d’une entreprise.

Ainsi, intervenir avec une posture externe à l’entreprise est un réel avantage qui permet de proposer des axes d’amélioration provenant d’une ancienne expérience tout en l’adaptant à l’entité, à l’équipe ou à une direction qui se trouve en face.

Être externe à l’entreprise créé une bonne écoute avec les collaborateurs car on apporte des bonnes pratiques et des conseils issus de missions précédentes.

Card image cap
Jérémy

Coach