Hubvisory lance la première formation Product 100% en ligne (éligible CPF) ! Voir

Les frameworks produit avant-gardistes !

Par Fabien le 18/05/2022 dans Articles

Expertise

8 minutes

Inspiration, innovation et flexibilité sont les clés pour améliorer son produit. Focus sur trois frameworks innovants et efficaces pour créer un produit digital à succès !

Le framework Shape up

C’est quoi le framework Shape up ?

C’est le nouveau framework agile formalisé par Ryan Singer (Basecamp) qui permet d’améliorer en continu son produit. On dit au revoir aux Backlogs, Sprints, Dailies et Story Points et on y retrouve à la place des cycles longs de 6 semaines, des moments de “Cooldown” et des définitions “d’appétits”.

Les principes clés de la méthode sont les suivants :

▶️ des cycles de 6 semaines

Les équipes ont suffisamment de temps pour concevoir et construire des projets de A à Z., et ce en choisissant leur propre mode d’organisation. Ce qui rend cette méthode particulièrement efficace, c’est la deadline de 6 semaines. En effet, le projet est abandonné si celui-ci n’est pas terminé, éliminant ainsi le risque d’avoir un projet qui dure indéfiniment. Ce principe de circuit breaker permet aussi à certains projets de repasser par l’étape de shaping pour être mieux cadré si nécessaire.

▶️ un cooldown de 2 semaines entre deux cycles

Les Développeurs·ses et Designers peuvent respirer et sont libres de travailler sur ce qu’ils choisissent (par exemple corriger des bugs, nettoyer la dette technique, explorer de nouvelles idées, etc)

👉 Les cycles complets se divisent de la façon suivante (et sont en parallèle, cf schéma) :

  • 6 semaines de Shaping + 2 semaines de Betting
  • 6 semaines de Building + 2 semaines de Cooldown

Les cycles de Shape Up
Source :
https://www.process.st/shape-up-process/#Keyconcepts

Les avantages du framework Shape up ?

La structure même de Shape up peut apporter beaucoup à l’équipe produit :

  • avec un bel équilibre entre les parties discovery et delivery
  • des équipes responsabilisées, autonomes et motivées
  • des équipes qui peuvent respirer pendant la phase de cooldown et repartir avec une énergie renouvelée
  • du temps alloué pour prendre de la hauteur et penser stratégiquement au produit
  • l’absence d’un backlog infini et obsolète

⚠️ Attention cependant à bien l’adapter à son contexte, et à la mettre en place progressivement en la testant par exemple sur une petite équipe.

Le déroulement d’un cycle

1️⃣ L’étape de Shaping, ou façonnage

Prise en charge par un petit groupe expérimenté, leur objectif est de définir le problème à résoudre, de trouver la bonne solution à y apporter et de définir un cadre suffisant pour que les équipes puissent se projeter mais suffisamment abstrait pour leur laisser la place de résoudre elles-mêmes les détails intéressants. Ainsi, les équipes restent maître de la solution et des choix techniques dans un univers cadré.

Le concept clé de l’appétit (l’intérêt) apparaît dès cette première phase, et remplace les story points (complexité). A travers cette notion, on définit à quel point on veut vraiment voir cette fonctionnalité livrée, autrement dit sa valeur, et combien de temps on souhaite y consacrer ? On définit l’investissement et l’intérêt porté à un projet et non sa complexité.

👉 Dans la méthodologie, on parle de projets. Concrètement, à la fin du shaping, vous aurez plusieurs pitchs.

2️⃣ L’étape de Betting, ou pari

La phase de betting a pour but de sélectionner, parmi les projets pitchés, ceux qui seront développés. La sélection se fait lors de réunions de betting, souvent courtes et très productives avec en général les décideurs et la même équipe que celle en charge de la phase de shaping pour évaluer l’opportunité business, les solutions et les risques associés. Les décisions prises sont définitives et ne seront pas influencées par la suite.

👉 Les pitchs sélectionnés seront traités dans le cycle suivant, et autrement, oubliés. Shape up conseille de ne pas maintenir de backlog d’idées, permettant ici de repartir d’un état d’esprit frais à chaque nouveau cycle. Une problématique non sélectionnée qui refait surface régulièrement sera ainsi remarquée très rapidement.

3️⃣ L’étape de Building, ou construction

Prise en charge par une petite équipe opérationnelle et pluridisciplinaire (par exemple 1 Développeur front end, 1 Développeur back end, 1 Designer et 1 testeur QA) qui doit avoir toutes les compétences nécessaires pour livrer le projet. L’équipe a la responsabilité de cette phase de “build” et est autonome dans sa prise de décision. Il est donc indispensable que le projet ait été bien cadré dans la phase de “shape”.

Et en bonus, un nouvel outil de visualisation

L’approche de la colline

Source : https://basecamp.com/shapeup/3.4-chapter-13

👉 Cette représentation rend l’état d’avancement de l’équipe transparent, et le management n’a donc pas besoin de déranger l’équipe.

L’approche de la colline

Source : https://basecamp.com/shapeup/3.4-chapter-13

📚 Vous voulez en savoir plus sur ce framework ?
- Allez au-delà de Scrum grâce à la méthodologie produit Shape Up (12)
- Allez au-delà de Scrum grâce à la méthodologie produit Shape-up (22)

Le framework Jobs To Be Done

C’est quoi le framework Jobs To Be Done ?

Le framework “ Jobs To Be Done” propose de découvrir et d’expliquer ce que les utilisateurs essaient d’accomplir lorsqu’ils achètent un produit ou un service. Elle enlève le focus du produit et le recentre sur l’utilisateur, permettant ainsi d’être assurément user-centric.

L’exemple le plus souvent utilisé pour illustrer le Jobs To Be Done vient de Théodore Levitt, un professeur de la Harvard Business School dans les années 1960 qui répétait lors de ses classes : les gens ne veulent pas acheter une perceuse (l’outil, le produit), ils veulent un trou (le job). Si on creusait un peu plus, on réaliserait qu’ils veulent un trou bien percé.

Correctement défini, un Jobs To Be Done a ainsi trois uniques caractéristiques :

1️⃣ Il a une dimension fonctionnelle et des dimensions émotionnelles et sociales

Dans notre exemple précédent, la dimension fonctionnelle était de faire un trou. Les dimensions émotionnelles et sociales pourraient être de vouloir s’exprimer et apprécier un beau tableau, de vouloir décorer sa maison et montrer qu’on a du goût à nos amis. Ainsi, il est nécessaire qu’un produit réponde parfaitement au besoin fonctionnel, mais les aspects émotionnels et sociaux sont tout aussi indispensables.

Ce que veulent vraiment vos clients

Source : https://blog.leanstack.com/what-is-a-job-to-be-done-jtbd/

2️⃣ Il est stable et ne change pas dans le temps

Ce qui change, c’est la technologie ou la façon dont est délivrée le Job. En prenant l’exemple de l’industrie musicale qui a connu une évolution technologique constante (tourne-disques, cassettes, CD, MP3s, service de streaming), il est clair que c’est la façon dont on écoute la musique qui a changé. Le job fonctionnel (écouter de la musique), lui, est resté identique.

3️⃣ Il est solution agnostique

Un utilisateur choisira le produit, la solution qui répondra au mieux à son besoin et n’hésitera pas à changer de produit si le travail réalisé correspond mieux à ses besoins.

Pourquoi utiliser cette méthode dans une équipe produit ?

Cette méthode permet de mieux comprendre ses utilisateurs et leurs besoins réels et ainsi peut vous aider :

  • A obtenir une perspective différente, et peut-être un niveau de compréhension plus profond sur les raisons pour lesquelles les utilisateurs achètent le produit
  • Aligner ce qui est construit avec ce que les utilisateurs veulent vraiment et ainsi créer une expérience client convaincante
  • Éviter de construire des fonctionnalités inutiles que personne ne veut
  • Trouver des fonctionnalités connectées grâce aux Jobs To Be Done liés et ainsi pouvoir offrir une expérience utilisateur plus complète.

Le framework Product Led Growth

C’est quoi le Product Led Growth ?

C’est une méthodologie axée business dans laquelle le produit est valorisé comme le principal levier de croissance durable et évolutif. A chaque étape de l’expérience client, le produit est au centre de toute action, créant un alignement à l’échelle de l’entreprise et entre les équipes. Ainsi, l’acquisition, l’expansion, la conversion et la rétention des utilisateurs sont principalement réalisées par le produit lui-même.

La méthodologie “Product Led Growth”

Source : https://www.productled.org/foundations/what-is-product-led-growth

Les éléments clés de la méthodologie

Démonstration de la valeur ajoutée du produit

L’élément indispensable d’une stratégie de Product Led Growth est d’avoir un produit de qualité, et ainsi pouvoir démontrer à ses utilisateurs qu’il répond à leurs besoins.

Minimisation des frictions

Parfaire le parcours utilisateur, enlever au maximum les points douloureux, minimiser les frictions sont autant d’éléments qui permettront d’engager vos utilisateurs de façon plus intuitif et plus léger. Un parcours fluide et facile à comprendre est indispensable pour augmenter la rétention de votre produit.

Personnalisation de l’expérience utilisateur

La personnalisation de l’expérience utilisateur est devenue un enjeu primordial pour se différencier de ses concurrents. C’est devenu la norme dans beaucoup d’applications et ne pas s’y prêter est synonyme d’un risque élevé d’attrition. La clé se trouve dans la bonne utilisation des données clients et une segmentation réussie.

Alignement des équipes

L’alignement des équipes autour du produit en brisant les silos est un processus long et compliqué mais nécessaire à la réussite de son produit. La méthodologie Product Led Growth remet ainsi le produit au centre à partir duquel toutes les équipes s’alignent.

Devenir Product Led Growth

Une stratégie de Product Led Growth réussie consiste à créer autant de valeur possible pour les clients dans les plus brefs délais. Le produit doit résoudre une vraie problématique client de manière à ce que les clients soient enclins à le “vendre” à leurs collègues, amis et sur internet.

Les avantages de cette méthodologie sont nombreux lorsque celle-ci est correctement mise en place. On peut citer la forte baisse des coûts d’acquisition clients, l’augmentation de la satisfaction client et la hausse notable de la rétention.

Devenir Product Led Growth est un processus long et compliqué, qui doit être adapté au contexte de son entreprise mais dont les 4 étapes principales ont été résumées ci-dessous :

1️⃣ S’engager à ce que le produit soit au centre de toute action et qu’il soit le principal levier de croissance de l’entreprise

2️⃣ Connaître et comprendre ses clients en utilisant le maximum de sources possibles

3️⃣ Maximiser l’onboarding et l’adoption indépendante des clients

4️⃣ Développer et monétiser sa base client


Choisir un framework adapté à son contexte, à ses enjeux et à ses objectifs est une des clés essentielles pour créer un environnement propice à la création de produits digitaux à succès.

Partagez l'article avec votre réseau !

Card image cap
Fabien

Product Manager