Hubvisory lance la première formation Product 100% en ligne ! Voir

Interview PM - Alexandre Côté @Adeo

Par Reda le 24/06/2020 dans Interviews

Expertise

5 minutes

Peux-tu te présenter ainsi que ton entreprise et ton produit ?

Je m’appelle Alexandre Côté et je suis Product Manager au sein de la Data Factory d’Adeo.

Adeo, groupe qu’on ne présente plus est la célèbre Holding du Nord qui possède notamment Leroy Merlin. Ma mission en tant que Product Manager est de mettre en place un outil qui permette de mettre facilement à disposition toute la Data d’Adeo aux personnes qui en ont besoin.

Je gère ainsi 2 produits, qui sont étroitement liés :

  • Le premier est un Front, le Data Finder, qui est un peu le Google de la Data. Il est géré par une équipe Scrum ayant son propre Product Owner.
  • La seconde équipe gère la création ainsi que la mise à disposition de modules pouvant se plugger au Data Finder.

Ma mission est donc de coordonner les différents Product Owners ainsi que leur roadmap, de recueillir les besoins des utilisateurs ainsi que des stakeholders et de continuer à imaginer les futurs usages de la Data.

Comment as-tu vécu le travail à distance ? Peux tu citer certaines choses qui ont changé dans ton quotidien de Product Manager durant cette période de confinement ?

Au début, l’ambiance était un peu bizarre du fait que nous nous sommes vite retrouvés à travailler seuls. Nous avions pour habitude de travailler tous ensemble, tout le temps.Certains ont eu du mal à s’adapter à la nouvelle organisation ainsi qu’à l’ambiance un peu particulière liée au confinement.

On avait aussi remarqué qu’au début du confinement, nous étions pas mal dérangés par les sollicitations des personnes qui veulent te joindre à tout prix. Dans “la vie réelle”, quand une personne te voit en train de parler à quelqu’un d’autre, elle attend son tour. Ici, en digital, c’est plus compliqué de savoir ceci, donc je me suis souvent retrouvé avec 4 conversations en simultanées.

Le contact avec les “chefs” s’en est retrouvé amoindri par contre. Il est plus simple de créer du contact avec eux quand on les croise dans les couloirs ou en passant devant leur bureau que de les solliciter directement au téléphone ou en visio. On ose moins généralement.

Par contre, l’avantage principal est que nous avons vite remarqué qu’il était plus simple de se concentrer de façon individuelle.

Nous gardions tout de même contact entre nous, grâce à un sytème simple et efficace : une Room Meet, ouverte toute la journée, sur laquelle on se connectait le matin pour prendre un café ensemble et enchainer avec la journée de travail tout en se parlant comme si on était dans la même pièce. Quand on avait d’autres réunions, on quittait la salle et on y revenait dès que celle-ci était terminée, comme un bureau dédié à l’équipe.

Au niveau productivité, je n’ai pas l’impression que ça a changé grand-chose, voire on avait atteint un stade supérieur. Les gens étaient opérationnels plus vite pour se mettre au travail le matin et étaient tous frais car pas de bouchons, pas de transports qui peuvent plomber le moral dès le matin. Quant aux horaires, on ne travaillait pas plus que d’habitude pour autant.

Quels sont les outils que tu conseillerais à tes pairs pour travailler efficacement à distance ?

Pour faciliter la communication, je dirais :

  • Meet de Google, pour les réunions ponctuelles et régulière
  • Slack pour échanger des photos de son téléphone, des vidéos, des documents en live
  • Un casque avec un bon micro et confortable, car on l’a toute la journée sur l’oreille

Pour le partage de documents manuscrits, en général, on prend des photos avec nos téléphones et on les mets sur Slack. Cela fonctionne bien et ça permet de lancer ensuite une conversation sur chaque photo.

Pour gérer son produit, je dirais :

  • Github pour assurer la gestion la CICD et son backlog
  • Miro pour travailler collaborativement sur un même tableau blanc
  • Figma pour faire du design. Notre équipe, l’utilise aussi comme tableau blanc collaboratif pour nos cérémonies agiles.

Cette période t’a t-elle fait prendre conscience de certaines choses ? Comment vois-tu l’avenir pour les entreprises mais aussi personnellement ?

A l’avenir, je pense que l’on va continuer à faire beaucoup de télétravail car ça a été fortement apprécié par les collaborateurs. On a réussi a démontrer à nos stakeholders qu’on peut travailler de cette façon et qu’ils peuvent avoir confiance en nous.

D’autant que maintenant que nous avons connu ce mode de fonctionnement, certaines personnes de l’équipe préféreront rester dans ce modèle. De cette manière, on s’affranchit des contraintes quotidiennes de transports, on aura du mal à les convaincre de retourner physiquement au bureau.

Par contre, j’insiste sur le fait de trouver un bon équilibre entre l’avant et l’après confinement. Il ne faut pas tomber non plus dans le manque de communication qui nous ferait basculer en mode “Ticketing”. Et il est important de ne pas perdre l’habitude de se voir pour autant. Il faut qu’on apprenne à s’organiser pour faire un mix des deux.

Je pense que les bureaux devraient être un espace de coworking qui permettrait de se voir en physique pendant les réunions importantes et de garder un lien entre nous. On a pas besoin de bureaux fixes pour travailler efficacement.

Card image cap
Reda

Coach